NOUS DEVONS ÊTRE DES FLAMBEAUX DE LUMIERE SPIRITUELLE ET DES ANCRES D'INFLUENCE MORALE DANS UN TEMPS D'INCERTITUDE GRANDISSANTE.


Il nous faut nous tenir debout comme des sources de lumière spirituelle et comme des ancres de l’influence morale à un moment où l’incertitude est généralisée.

Alors que nous observons le paysage sociétal dans le monde, celui ci devient de plus en plus violent.

Très récemment – du Soudan du Sud aux Etats Unis en passant par le Bengladesh, l’Irak et la Turquie, ainsi de suite – il semble que les vents de l’adversité ont redoublé d’intensité et ont atteint un stade d’ébullition au point de déborder. Des personnes innocentes ont été terriblement affectées sans s’y attendre. J’ai prié pour ces endroits, pour les familles touchées et pour ces différentes situations.

Bien que nous ne souhaitions pas être alarmistes et que nous devions maintenir un équilibre, une confiance et une espérance inspirés par le ciel, il semble chaque jour que le monde se désintègre de plus en plus. Bien que nous sachions que ce type de difficultés et de tragédies sera de plus en plus répandu au temps de la fin, il nous faut nous lever et être des sources de lumière spirituelle et des ancres d’influence morale à une époque où l’incertitude est généralisée.

Notre influence spirituelle ne peut exister que lorsque nous nous comptons totalement sur le Seigneur, notre Rocher et notre Salut. Christ nous dit dans Matthieu 24 : 12-14 (LSG) : « Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. »

Alors que nous nous plaçons, ainsi que nos familles, nos communautés et notre église entre les mains puissantes de Dieu, nous réalisons que Lui seul peut nous protéger et prendre soin de nous alors que nous entrons dans les derniers jours de l’histoire de cette terre. Le non respect de la loi qui semble se répandre dans tant d’endroits peut éteindre l’amour pour les autres, mais alors que nous nous enracinons dans l’amour du Christ, notre amour pour les autres peut s’épanouir alors que nous partageons cet amour céleste avec les autres et que nos actions approuvées par le ciel seront un grand témoignage pour tous ceux qui nous entourent.

Véritablement, l’évangile du royaume est prêché dans le monde entier, et les membres d’église participent activement à l’initiative Implication Totale du Membre montrant ainsi au monde l’amour du Christ en parole et en action. Cependant, il est encore plus crucial pour nous d’intensifier nos efforts afin qu’au niveau personnel et au niveau institutionnel, en tant qu’Eglise Adventiste du Septième Jour, nous proclamions la merveilleuse nouvelle des messages des trois anges invitant à regarder à Christ et à Son pouvoir de changer les vies de telle sorte que nous lui ressemblions davantage chaque jour.

Christ est Notre Boussole

Ce n’est qu’en Christ et en Sa justice que nous pouvons trouver la véritable direction pour nos vies, la vie de nos familles, pour nos communautés – et pour la société en général. Les messages prophétiques puissants et forts que Dieu nous invite à proclamer dans ces derniers jours doivent être démontrés dans nos vies de Chrétiens au quotidien et à travers la proclamation que nous faisons. C’est l’heure et le moment pour les Adventistes du Septième Jour de montrer au monde, par la puissance du Saint Esprit, ce que signifie avoir l’espérance dans la puissance du Seigneur qui peut produire du changement dans nos vies et dans la société.

Nous savons à partir de notre compréhension prophétique des livres de Daniel et Apocalypse que ce monde sombrera dans le chaos et dans l’opposition à la Saint Parole de Dieu, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas être de solides sentinelles de la grâce de Dieu et de la puissance céleste qui peuvent attirer l’attention des gens sur le prochain retour du Seigneur.

J’appelle les Adventistes du Septième Jour à travers le monde à focaliser leur attention sur Christ, Sa parole, Sa justice, le service de Son sanctuaire, Sa puissance pour sauver dans ce grand conflit, le message de Ses trois anges, Son message sur la santé, Sa mission des derniers jours pour le monde, et Sa proche Seconde Venue.

Plaidons avec le Saint Esprit pour recevoir la pluie de l’arrière saison de telle sorte que le message de Dieu pour les derniers jours se répande comme une trainée de poudre à travers notre témoignage, la proclamation de la parole, et nos actions semblables à celles du Christ démontrant un amour venu d’en haut pour les autres. Il est impératif pour nous de réaliser les temps dans lesquels nous vivons et de nous focaliser sur le message et la mission confiés à l’Eglise Adventiste du Septième Jour pour ce temps-ci.

Soyons fidèles dans la proclamation de la justice du Christ qui est au cœur des messages des trois anges d’Apocalypse 14 en contraste avec l’intérêt personnel et l’égocentrisme des puissances représentées par les bêtes d’Apocalypse 13. Ne soyons pas distraits de notre mission, mais concentrons nos regards sur Christ et Sa puissance pour sauver surtout dans ces temps difficiles que le monde traverse.

Dans La Tragédie des Siècles, page 530, il nous est dit : « Satan invente d’innombrables prétextes pour occuper notre attention ailleurs qu’aux objets qui devraient le plus nous absorber. Le grand séducteur hait les glorieuses vérités qui mettent en évidence un sacrifice expiatoire et un tout-puissant Médiateur. Il sait qu’il ne réussira dans ses entreprises qu’en détournant les esprits loin de Jésus et de sa vérité. Ceux qui veulent se mettre au bénéfice de la médiation du Sauveur ne doivent pas se laisser détourner par quoi que ce soit du devoir de travailler à leur sanctification dans la crainte de Dieu. Les heures précieuses gaspillées dans le plaisir, le faste et l’amour de l’argent devraient être consacrées à la prière et à une étude assidue de la Parole de Dieu. Le peuple de Dieu devrait comprendre parfaitement le sujet du sanctuaire et du jugement. Chacun devrait être au courant de la position et de l’œuvre de notre souverain sacrificateur. Sans cette connaissance, il n’est pas possible d’exercer la foi indispensable en ce temps-ci, ni d’occuper le poste que Dieu nous assigne. »

Une Position Unique pour les Adventistes

Dieu désire que les Adventistes du Septième Jour occupent une position unique sur la terre au temps de la fin, et c’est maintenant le moment de le faire. L’Eglise Adventiste du Septième Jour est un mouvement prophétique avec un message prophétique et une mission prophétique. Elle est conduite par Dieu lui même, pas par des êtres humains. Dieu a une œuvre spéciale et un message spécial qui doit être proclamé par chaque membre, pas simplement par des pasteurs et des ouvriers. C’est ce dont il s’agit dans l’Implication Totale du Membre. Chacun faisant quelque chose pour Jésus, proclamant le message de salut pour les derniers jours par la parole et par de bonnes actions – tout cela étant dirigé par la puissance du Saint Esprit. Dans le livre Ministère Evangélique à la page 343 il est dit que : « l’œuvre qui doit être accomplie par les laïques en faveur de leurs amis et de leurs voisins. L’œuvre de Dieu sur cette terre ne sera pas achevée à moins que les hommes et les femmes qui composent nos églises ne se mettent au travail et unissent leurs efforts à ceux des prédicateurs et des membres officiants de l’Eglise. »

Nous devons attirer l’attention des gens sur le Christ, sur ce qu’Il a fait et ce qu’Il fait pour nous. Toujours à travers la plume inspirée, nous lisons dans des extraits tirés des pages 531 à 533 de La Tragédie des Siècles ce qui suit : « Le sanctuaire céleste est le centre même de l’œuvre de Dieu en faveur des hommes. Il intéresse tous les habitants de la terre. Il nous expose le plan de la rédemption, nous amène à la fin des temps et nous révèle l’issue triomphante du conflit entre la justice et le péché. Il est donc important que chacun l’étudie à fond et soit en état de rendre raison de l’espérance qui est en lui. L’intercession du Sauveur en faveur de l’homme dans le sanctuaire céleste est tout aussi importante dans le plan du salut que sa mort sur la croix. Depuis sa résurrection, Jésus achève dans le ciel l’œuvre commencée par lui sur la croix. Nous devons par la foi aller auprès de lui au-delà du voile où il “est entré pour nous comme précurseur. Là se reflète la lumière du Calvaire…Nous vivons à l’époque du grand jour des expiations….Tous ceux qui veulent que leur nom soit maintenu dans le livre de vie doivent affliger leur âme devant Dieu, ressentir une véritable douleur de leurs péchés et faire preuve d’une sincère conversion. Un sérieux retour sur soi-même est nécessaire. Il faut, chez un bon nombre de ceux qui se disent disciples du Christ, que la légèreté et la frivolité disparaissent. Au prix d’une guerre sérieuse, on parviendra à vaincre ses tendances mauvaises et à remporter la victoire…Solennelles sont les scènes qui marquent l’achèvement de l’expiation. Cette œuvre comporte des intérêts d’une valeur infinie. Le tribunal suprême siège maintenant. »

S’Appuyer Complètement sur Jésus

Comptons totalement sur la grâce et les mérites de Jésus qui seul peut nous sauver et nous aider à partager son amour incomparable avec le monde qui nous entoure. Il nous est dit dans le livre Témoignages pour l’Eglise Vol. 3, page 335 : « Nous vivons au temps de la fin. La succession rapide des signes des temps proclame l’imminence de la venue du Seigneur. Nous sommes à une époque importante et solennelle. L’esprit de Dieu se retire de la terre, peu à peu mais sans arrêt. Déjà plaies et jugements frappent les contempteurs de la grâce divine. Calamités sur terre et sur mer, instabilité de l’état social, menaces de guerres: autant de mauvais présages annonçant la proximité d’événements d’une gravité inouïe. Les forces du mal se coalisent et s’accroissent en vue de la crise finale. De grands changements vont bientôt se produire dans le monde, et les événements de la fin, se précipiter. »

Mes frères et sœurs Adventistes du monde entier, quelle époque celle dans laquelle nous vivons et où nous pouvons comptons sur les mérites du Christ alors qu’Il se sert de nous dans Sa dernière proclamation qui parle au monde de Son plan du salut et de Son amour éternel.

Rassemblons nous autour de l’appel lancé par notre Seigneur et prenons part à l’Implication Totale du Membre en proclamant la justice du Christ, Son amour, Son appel à la repentance et à la soumission totale à Dieu, Ses profonds messages des trois anges et Son prochain retour. Proclamons avec amour la Parole de Dieu et mettons la en pratique dans nos vies à l’instar du Christ par Sa grâce et Sa puissance. Oui, Viens Seigneur Jésus !

Traduction: Patrick Luciathe

es : Avant que je formule des observations sur la question, permettez-moi de préciser que les adventistes ne sont pas, ni devraient être contre les festivités de Noël. Pourquoi serions-nous contre un laps de temps où les chrétiens se souviennent de la naissance de notre Sauveur ? Toutefois, étant donné que cette fête n’est pas ordonnée par les Écritures, nous ne le considérons pas comme une obligation pour les croyants. Nous ne reconnaissons qu’un seul jour saint, le jour du sabbat et nous le sanctifions dans l’obéissance à notre créateur et Rédempteur.

2. Noël et l’histoire : Il est bien connu que le terme « Noël » est dérivé du vieux mot anglais « Christ messe », qui signifie « festival du Christ. » Le terme daterait du Moyen-Âge et viendrait de la pratique d’une messe de minuit à la veille du 25 décembre pour célébrer la naissance du Christ. Dans d’autres langues, il est appelé « Nativité » (du latin Natalis) ou « Saintes Nuits » (allemand, Weihnachten).

L’histoire de cette fête chrétienne reste toutefois incertaine. Les historiens ont indiqué que la fête de la Nativité a commencé à être observée par les chrétiens au cours du quatrième siècle. Certains chrétiens calculent qu’elle est basée sur la mort du Christ, qui aurait eu lieu un 25 mars. Ils auraient ensuite émis l’hypothèse qu’il devait être né neuf mois avant, soit un 25 décembre. D’autres placent la naissance de Jésus le 25 mars. Mais l’explication la plus courante est que Noël est en quelque sorte lié au culte romain de l’Invincible du soleil (du latin, Sol Invictus), la renaissance du soleil, qui était célébrée le 25 décembre. Ceci pourrait expliquer l’importance des lumières au cours de la célébration de la Nativité, bien que la « lumière » est également associée au Christ dans les Écritures (par exemple, Luc 1.78-79). Il est donc fréquent d’entendre la déclaration que les chrétiens ont adopté et adapté une fête païenne. Cela est possible, mais il est difficile de le prouver, vu les preuves historiques disponibles.

3. Noël et le croyant : Nous devrions reconnaître deux faits : tout d’abord, nous ne savons pas pourquoi Dieu, dans sa providence, a choisi de ne pas nous transmettre un compte-rendu de la journée de la naissance de Jésus. Il n’y a donc pas besoin de spéculer à ce sujet.

Deuxièmement, nous ne pouvons pas changer le fait que le monde chrétien célèbre la naissance de Jésus le 25 décembre et il n’y a aucune raison d’essayer de le faire. Les tentatives de rejeter cette fête sont fondées sur l’absence de preuve biblique et son possible lien avec une fête païenne. Par conséquent, nous devrions laisser cette question à la conscience de chacun.

Cela étant dit, permettez-moi encore une fois dire qu’il n’y a absolument rien de mal à choisir n’importe quel moment de l’année pour méditer et réfléchir à l’incarnation de notre Sauveur. Je dirais que, pendant Noël, nous pourrions passer du temps à réfléchir sur le mystère de l’incarnation. C’est un mystère, car il témoigne du fait que le fils de Dieu s’est fait « chair » (Jean 1.14). Le créateur est devenu une créature afin de nous sauver de la puissance du péché et de la mort.

La Nativité peut également être interprétée comme un don de Dieu à l’humanité. Par son fils, Dieu nous a donné le cadeau le plus précieux qu’il pourrait nous accorder. Il est le pain du ciel qui nous est donné librement par notre Père céleste (Jean 6.48-51).

Mais la Nativité est aussi un moment de proclamation. Cette nuit-là, les anges ont proclamé aux bergers la bonne nouvelle : « N’ayez pas peur… Aujourd’hui, dans la ville de David un Sauveur est né pour vous » (Luc 2.10, 11). Nous devrions joindre notre voix à celle des anges et proclamer une fois de plus, à toute la planète, la nouvelle glorieuse de la paix et de la fin de la peur, opérée par le Christ, notre Seigneur. Noël offre une excellente occasion de rappeler à l’humanité que l’enfant né à Bethléem sera bientôt de retour.

Par Angel Manuel Rodriguez, anciennement directeur de l’Institut de Recherche Biblique.

Article original en anglais sur le site web BRI

Traduction: Rickson Nobre